Phosphatases alcalines (isoenzymes)
MéthodeMigration electrophorétique (HYDRASYS SEBIA)
AccreditatieNeen
LOINC Code
Labo exécutifIBC'LAB
PrélèvementSérum (tube sec)
L’analyse n'est pas réalisée pour les échantillons dont la phosphatase alcaline est < à 100.
- Ne pas utiliser d’échantillon hémolysé. Les enzymes érythrocytaires peuvent interférer dans la réaction.
- Ne pas effectuer d’analyse sur des échantillons contenant un inhibiteur de l’activité enzymatique de la phosphatase alcaline tel qu’EDTA, citrate ou oxalate.


Vol échantillon200 µL
Condition de collecte, traitement, conservation et transportLes analyses sont réalisées de préférence sur sérum frais ou conservé au maximum une semaine entre 2 et 8 °C
UnitésU/L
Valeurs de référenceFraction hépatique
Age maximal
F 17 a : < 46
M 19 a : < 46
M 49 a : < 67
F 49 a : < 55
M 59 a : < 62
F 59 a : < 79
M 120 a : < 81
F 120 a : < 90
Fraction hépatique 2
F 17 a : < 17
M 19 a : < 17
M 120 a : < 10
F 120 a : < 10
Fraction intestinale
F 17 a : < 52
M 19 a : < 52
M 120 a : < 20
F 120 a : < 20
Fraction osseuse
F 17 a : < 370
M 19 a : < 370
M 49 a : < 76
F 49 a : < 54
M 59 a : < 71
F 59 a : < 78
M 120 a : < 93
F 120 a : < 88
Fréquence de réalisation de l'analyseTous les jours
Tps de réponse (LTAT)7 dagen
Délai maximal pour rajout d'analyse8 jours
Code INAMIRègle diagnostique 71
Isoenzymes PAL : ne peut être portée en compte à l’AMI qu’en cas de présence clinique de pathologie osseuse.
Aide au diagnosticFractions hépatiques
Il existe 2 formes hépatiques : H1 et H2.
La fraction H1 est la plus importante des 2 fractions hépatiques. Elle est augmentée dans certaines pathologies non malignes (cholestase, cirrhose, hépatite virale et diverses pathologies biliaires et hépatiques), dans certains cancers et au cours des lymphomes.
La fraction H2, appelée aussi fraction rapide hépatique (fast liver), existe chez les individus sains mais à des taux faibles. Cette isoenzyme serait associée à des lipoprotéines (fraction macromoléculaire). Elle peut être observée dans les cholestases ou maladies biliaires (cirrhose, hépatites virales etc…) et au cours des maladies cancéreuses avec métastases hépatiques.
Fraction intestinale
Environ 40 % des sujets sains présentent des fractions intestinales (plus fréquent chez les sujets non à jeun et de groupe sanguin O et B).
L’activité des isoenzymes intestinales est augmentée au cours de certaines pathologies comme la cirrhose, le diabète et l’atteinte rénale chronique.
La fraction osseuse est présente dans tous les sérums.
Elle doit être interprétée en fonction de l’âge puisque son augmentation est physiologique en période de croissance.
L’augmentation majoritaire de cette fraction se retrouve essentiellement dans certaines maladies cancéreuses, dans les maladies rhumatismales, l’hyperparathyroïdisme, la maladie de Paget, le rachitisme et en cas d’hyperphosphatasémie transitoire de l’enfance.
L’augmentation de la fraction osseuse associée à d’autres fractions (H1, H2…) peut se rencontrer au cours de certains cancers (rectum, prostate et poumon).
date dernière mise à jour23/11/2023